« C’est la crise…  Imaginez pour eux ? » Avec ce slogan, diffusé depuis près d’un mois dans tous les journaux locaux, difficile de ne pas s’en souvenir et d’être touché.

Tout à commencé…

Au Vietnam, en 1979, des différents apparaissent au sein de l’association « Médecins sans frontières », pendant l’opération « Un bateau pour le Vietnam ». A cette époque, Bernard Kouchner est médecin humanitaire et homme politique, cofondateur des associations « Médecins sans frontières » puis « Médecins du monde ». Son idée était d’affréter un navire, avec à bord : des médecins capables de soigner les populations sinistrées, et des journalistes, présents pour témoigner et relayer au monde entier les violations de l’homme sur le terrain.

Ses missions ? Soigner les populations les plus vulnérables, les victimes de conflits armés, de catastrophes naturelles, et ceux et celles que le monde oublie peu à peu.

Dans les années 80, Médecins du monde trouve sa place, en intervenant lors de crises à l’international, et en ouvrant un centre de dépistage du VIH à Paris. De 1990 à 2000, tout s’accélère, le nombre de missions explose dans près de 50 pays. Et depuis 2000… rien ne va plus, des catastrophes naturelles et technologiques à répétition. Sur le terrain sont présents : des logisticiens, des médecins, infirmières, sages-femmes…

Des équipes solides composées de téméraires et de passionnés.

Où partent-ils ?

A Haïti, pour reconstruire, améliorer la vie de la population, et palier à la souffrance de l’insuffisance alimentaire depuis 2009. Au Japon, auprès de tous les sinistrés du tremblement de terre, une aide psychologique apportée au quotidien. En Égypte, Libye, Tunisie pour soutenir ses partenaires dans un climat austère et de violence…

… Mais aussi en France, avec 101 programmes dans 29 villes : Paris, Aix en Provence, Ajaccio… avec des actions telles que l’accès aux soins des personnes, des rencontres avec les exclus dans les rues, et toujours, la prévention et le soutien psychologique.

En France, Médecins du monde compte sur le soutien de 2 000 bénévoles et 60 salariés, qui apportent leur aide dans les 21 centres d’accueil. Et à l’international, où on traite l’urgence sur le très long terme, dans des zones géographiques différentes. En cours : 65 programmes humanitaires dans 65 pays, et plus de 1 500 000 bénéficiaires chaque année. Le travail des équipes ne s’arrête pas « après l’urgence ». Sur place, les équipes participent aux multiples projets de reconstructions physiques et psychologiques des plus démunis.

Vous avez envie de faire partie de l’équipe, d’être sur le terrain, au cœur de chaque action ?

C’est possible ! Une réunion d’information est ouverte au public tous les premiers jeudis du mois à partir de 18h sur Paris, au 6. Rue Marcadet – 75018 Paris. Pour la Province, rendez-vous sur cette page !

Médecins du monde recherche de nombreux corps de métiers : médecins généralistes, gynécologues, psychologues, ophtalmologues, pharmaciens, infirmiers, sages-femmes et autres cadres hospitaliers. Vous avez des compétences en administration, finance, RH, logistique, achat, gestion de projet, construction ? Soyez les bienvenus dans cette grande famille !

Une association seine et pérenne dans le temps, qui a fait et continue au quotidien à faire ses preuves sur le terrain. Si le cœur vous en dit, Médecins du monde recrute pour ses actions/missions en France et à l’international des bénévoles, volontaires de la solidarité internationale, stagiaires et  salariés.

Y- a-t-il des critères de recrutement ?

Bien sûr ! Pour être bénévole, il faut être motivé et aimer donner de son temps, je ne vous parle pas d’une heure par semaine, une présence régulière comme quelques heures en journée ou soirée selon le type de mission vous sera demandé en France. La pratique d’une ou plusieurs langues étrangères est plus que recommandé.

Si vous souhaitez être « volontaire de la solidarité internationale », Médecins du monde vous demandera 2 années d’expérience professionnelle, pas nécessairement dans les milieux humanitaire ou associatif,  bien que ce soit un plus ! Vous devrez parler impérativement l’anglais, car sur le terrain, elle reste la langue universelle. Pour info, les personnes parlant l’espagnol sont très recherchées. S’ajoute à cela, la disponibilité, de 3 semaines à 1 an, selon l’urgence des missions. Côté finance, rassurez-vous, Médecins du monde vous indemnise à hauteur de 915€/mois + frais de vie sur place.

Pour un stage, il vous faudra être disponible de 15 jours à 6 mois, avec pratique d’une langue étrangère, parfois nécessaire pour des postes aux missions à l’internationale.

N’oubliez pas que la réalité du terrain est difficile : partir, c’est s’engager pour soi, son équipe et pour tous ceux qui compte sur nous en France, où là-bas, à l’autre bout du monde. La motivation est la base de l’engagement. Si vous abandonnez votre mission, c’est toute l’équipe que vous pénalisez. Mais si vous avez l’envie et le courage, qu’aider autrui est votre priorité de tous les jours, alors vous vivrez des moments exceptionnels, une expérience inoubliable !

Et si vous le pouvez, n’hésitez pas à faire un don.

Pour voyager plus loin :


Par Jessie, le dimanche 23 décembre 2012

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.