Ce n’est pas notre vie « sédentaire » en France qui pèse le plus lourd sur l’écologie, mais nos nombreux déplacements de voyageurs. Voilà pourquoi il est important de calculer son empreinte écologique de voyageur.

Nous sommes de plus en plus nombreux à prendre conscience de l’impact de nos voyages sur l’environnement. C’est là qu’interviennent les outils, appelés aussi les calculateurs d’empreinte écologique.

Notre biosphère aurait bien besoin de reprendre son souffle…

Les calculateurs d’empreinte écologique se sont multipliés depuis plusieurs années. Pour preuve, l’Institut du Développement Durable recense à lui seul plus de 300 indicateurs :

Être un voyageur écolo et passer d’excellentes vacances, c’est possible ! Pour cela, j’ai recensé pour vous quelques tests qui vous permettront de mesurer votre empreinte écologique de voyageur. J’ai tout d’abord trouvé une plate-forme interactive qui se nomme Agora 21 2.0, représentant un ensemble d’outils coopératifs. Une plate-forme d’informations d’un côté, un lieu d’échanges de l’autre, l’ensemble vous permettant de mieux comprendre le développement durable et surtout, l’importance d’adopter les bons gestes au quotidien.

Je vous recommande également un  test de « Psychologie Magazine » qui s’intitule « Quel voyageur êtes-vous ? ». Je le trouve très pertinent, par son analyse et ses conseils pour améliorer votre côté « écolo » : « Partir en vacances, pour vous c’est ?  En avion, en voiture, en train, en bateau ? Est-ce que vous êtes un voyagiste responsable, ou préférez-vous le voyage « clé en main » ? Etes-vous très organisé, à tout vérifier dans les moindres détails, plutôt tout feu tout flamme, ou bien faites-vous tout à la dernière minute… ? ». Ce test de personnalité est très complet, les questions sont à la fois portées sur la personnalité, le mode de vie et la manière de voyager du voyageur. Un mix appréciable pour déterminer l’empreinte écologique idéale ! J’ai fait le test et regardez ce qui se dit sur moi : vous êtes un voyageur écolo engagé ! Écolo dans l’âme, vous appréciez le grand air, les voyages dans les grands espaces, et vous vous souciez au quotidien de votre environnement !

Passons à d’autres sites de calculs de l’empreinte écologique de voyageur :

Celui de la SNCF (mytripset.voyages-sncf.compropose de calculer l’empreinte carbone  de votre voyage en Europe : le train, le bus, la voiture… Il vous donnera le moyen de transport le plus économique et le moins polluant. Il y a également voyage.chiffres-carbone.fr : entrez votre destination où vous souhaitez vous rendre, l’outil vous calcule avec exactitude votre émission de CO2. Vous pourrez y indiquer toutes les haltes que vous souhaitez réaliser durant votre séjour.

Van en Australie
Van en Australie

Exemples de calculs de l’empreinte écologique de voyageur :

Ces exemples parlent d’eux-mêmes : l’avion dégage une quantité astronomique de CO2 !

1. Un week-end  à Barcelone pour Yoanna

Aller-retour Paris – Barcelone :

Nous constatons donc que les émissions de gaz sont presque dix fois supérieures en avion.

2. 1 semaine à Bali pour Mathieu et Jessie

Aller-retour Paris – Singaraja (la capitale) : une distance de 12 386 km*2 = 24 772 km, avec une émission de 4812.23 kg CO₂.

3. 1 tour du monde en plusieurs vols pour Tina

Tina, jeune diplômée d’archéologie, souhaitait parcourir le monde. Pendant un peu plus d’une année, elle a traversé 13 pays…

En plus de ces 13 longs vols, Tina a souvent  loué des véhicules et prit des vols internes.

En comptabilisant juste les vols longs, Tina a dépensé 28 648.97Kg CO2 pour son tour du monde en avion.

Pour que vous vous rendiez compte de l’importance de ces chiffres, saviez-vous que la quantité annuelle de CO2 émise en moyenne par un français est de 9 tonnes ? Chaque seconde, la respiration des 65 millions de français rejette dans l’atmosphère près de 670 kg CO2, soit près d’un aller Paris – New York. Vous comprendrez donc que ce sont essentiellement nos déplacements qui dégagent une quantité de CO2 impressionnante !

Il existe des alternatives !

Et c’est dans le prochain article où nous verrons comment compenser notre empreinte écologique de voyageur : transport, vie sur place, choix du logement…

Pour voyager plus loin :


Par Jessie, le mercredi 13 novembre 2013

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.