Compenser son empreinte carbone, c’est s’investir dans un réel projet de réduction des émissions de gaz à effets de serre. D’après un sondage, 66% d’entre nous sommes prêts à compenser l’empreinte carbone de nos voyages, c’est un bon début ! Saint Exupéry disait :


« Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants, aux générations futures ».


Partir en vacances symbolise le plaisir, la découverte des lieux, les rencontres, mais elles doivent aussi être synonymes de prise de conscience de l’impact qu’elles ont sur l’environnement et les populations locales.

Stop aux idées préconçues ! Compenser son empreinte carbone ne signifie pas arrêter de voyager, ou ne plus rien faire. Il s’agit plutôt de voyager autrement. C’est comme prendre une nouvelle direction, un autre chemin de vie. Un voyage qui vous emmène vers la découverte de vous-même, de l’autre et surtout de votre environnement !

En France ou ailleurs dans le monde chacun peut agir. Nous ne sommes pas sans savoir que le tourisme est à la fois victime et responsable du réchauffement climatique. Mais comme je vous le disais dans mon article précédent sur le calcul de l’empreinte écologique, il existe des solutions pour compenser votre empreinte carbone de voyageur.

Compenser votre empreinte carbone en choisissant un mode de transport « propre »

Les départs en vacances représentent la période la plus forte d’utilisation d’énergie en CO2. Si l’avion est indéniablement le moyen de transport le plus pratique pour voyager, c’est également le plus polluant. Privilégiez donc davantage l’avion pour :

  • les longs trajets,
  • les vols directs, car les escales sont émettrices de plus de CO2,
  • les compagnies aériennes qui s’engagent dans des transports plus responsables.

L’automobile est certes la reine de notre civilisation, elle n’en reste pas moins un véhicule très polluant. Pour les courts trajets, comme faire vos courses en centre-ville ou autre, privilégiez plutôt la marche à pied ou le vélo. Si l’utilisation de votre voiture vous semble « indispensable », à cause de vos enfants en bas âge ou de vos bagages multiples, adoptez l’éco-conduite ! Une nouvelle attitude basée sur une sollicitation modérée des organes d’un véhicule,  à la fois entretenus et adaptés, dans le but toujours de diminuer les émissions de CO2

Pour les voyages en France et dans certains pays d’Europe, le train est le moyen de transport :

  • le plus sécurisant,
  • le moins polluant,
  • le moins fatiguant,
  • le moins stressant,
  • le moins onéreux.

Sur place, il existe une multitude de loueurs de vélos, l’occasion de faire de belles balades en famille.

The Ghan, train australien
The Ghan, train australien

Prenez le temps de voyager… lentement

Toute l’année nous somme sollicités à aller vite, très vite, toujours plus vite… Alors, sur place :

  • éviter de prendre le taxi, privilégiez les transports en commun comme les bus locaux, tramways, métros,
  • louer un vélo pour les déplacements courts,
  • privilégier la marche à pied pour les petites distances.

Partez avec un sac à dos écolo ! Il est pratique de voyager léger tout en s’imprégnant de la culture du pays :

  • respectez la faune et la flore, en empruntant les sentiers prévus pour les balades en forêt ou en montagne,
  • ne laissez rien sur votre passage
  • protégez les ressources en eau potable, en évitant le gaspillage. (Ex. : si vous séjournez dans un hôtel, évitez de faire laver vos serviettes et vos draps tous les jours, après tout, vous ne le faites pas chez vous !)

Découvrez les éco-destinations

En France où à l’étranger, il existe désormais nombre de sites qui limitent leur empreinte sur l’environnement. Privilégiez des destinations responsables comme :

  • les parcs naturels,
  • les hébergements « écologiques » (électricité solaire, éolienne ou hydraulique) : hôtel, éco-gîte, éco-lodge,
  • le logement chez l’habitant,
  • le séjour au vert dans une ferme bio

Il n’existe pas, pour l’heure, de label dédié à l’écotourisme. Si vous désirez vous engager dans la voie d’un tourisme respectueux de l’environnement, n’hésitez pas à faire appel aux professionnels de l’Association française d’écotourisme, qui sauront vous apporter leurs conseils.

Ecotourisme
L’écotourisme, le voyage de l’avenir ?

Stimulez l’économie locale

Nos déplacements ont un impact direct sur l’environnement et les populations locales. Alors, profitez de votre voyage pour :

  • manger le plus possible localement (cela permettra de réduire les émissions de CO2 quant aux coûts des importations),
  • soutenir l’économie locale en privilégiant vos achats chez des artisans (moins d’importations également).

Pour conclure…

Il n’est pas facile d’évoluer, de changer ses habitudes que nous avons depuis notre plus tendre enfance, des gestes machinaux auxquels nous ne pensons même plus. Mais une chose est sûre, tout le monde peut y arriver, le tout est de le vouloir. Et si le monde ne changera pas en un jour, il est toutefois possible de modifier ses réflexes à son rythme, vers une conscience environnementale plus forte !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.