Comment calculer votre empreinte écologique de voyageur ? Comment la diminuer et la compenser ? Cette série d’articles a pour but de vous aider à mieux « voyager », durablement…

Des petits efforts et un pas de géant pour notre planète

Avez-vous déjà entendu parler des « sommets de la terre » ? Ce sont des rencontres entre dirigeants mondiaux organisées depuis 1972 par l’ONU. Le premier sommet a d’ailleurs eu lieu à Stockholm, une ville dont je vous ai parlé il y a quelque temps, très axée sur l’écologie. Un grand nombre de ses habitants a su adopter au quotidien des gestes d’éco-citoyenneté, ce n’est d’ailleurs pas par hasard qu’on la surnomme « la capitale verte européenne ».

Ces sommets représentent un enjeu écologique majeur pour notre devenir à tous. Le processus est complexe car pour qu’un traité international soit mis en vigueur, il faut parfois attendre plusieurs années. A deux, il est déjà difficile de se mettre d’accord, je vous laisse imaginer à vingt !

Qu’est-ce que l’empreinte écologique ?

L’empreinte écologique est un indicateur, une méthode d’évaluation environnementale qui comptabilise la pression qu’exerce sur les écosystèmes terrestres nos productions, nos consommations et nos déchets. La nature nous met à disposition des ressources naturelles en abondance mais le problème est que nous consommons aujourd’hui bien plus que ce que nous devrions. Le  CO2 rejeté par les activités humaines est bien supérieur à ce qu’il devrait être ! Le constat est alarmant, l’empreinte écologique de l’humanité est grandement menacée. En somme, nous surexploitons très largement les ressources de notre planète. Pour preuve, l’homme utilise l’énergie de 4 planètes. Le problème ? Il n’y en a qu’une ! Alimentation, habitat, transport, mode de consommation… une remise en question totale de notre mode de vie et de la manière dont nous consommons chaque jour.

Détritus dans le désert australien
Détritus dans le désert australien

« L’empreinte écologique du voyageur »

Si vos habitudes de consommation et votre mode de vie veillent déjà à préserver chaque jour un peu plus l’environnement, pourquoi ne pas continuer en vacances ? Pensez-y sérieusement, car pour dame nature il n’y a pas de break ! Que vous partiez en France ou à l’autre bout du monde, chacun peut agir à son échelle.

Comment faire ? L’avion est par exemple le moyen de transport le plus rapide, c’est certain, mais c’est également le plus polluant, environ 360 grammes de CO2 par personne et par kilomètre. La voiture pollue en moyenne 2 fois moins, et le train : 35 fois moins !

Nous sommes de plus en plus nombreux à prendre conscience de l’impact que nos voyages ont sur l’environnement, mais également sur les populations locales. Il est tout à fait possible de voyager en préservant la nature, tout est une question de volonté. Voyager implique inéluctablement une dépense énergétique, mais il n’y a pas que les déplacements qui polluent, il y a aussi le comportement dit « énergivore » de beaucoup de touristes. Je veux bien évidemment parler :

Une chose est sûre, pas la peine d’être un expert en environnement pour connaître, ou bien même pratiquer les bons gestes dans votre quotidien, comme de bons globe-trotteurs éco-responsables que nous sommes !

Que faut-il faire pour « voyager propre » ?

Bien plus qu’un concept, respecter au quotidien notre terre est une véritable philosophie de vie que nous vous invitons à adopter ! Il est aujourd’hui possible d’évaluer l’impact que nous avons sur terre et également de le réduire, alors qu’attendons-nous ? Je vous ai laissés un peu sur votre faim avec mes quelques exemples, mais n’ayez crainte, je vous détaillerai tout dans les prochains articles. Nous verrons ensemble comment calculer votre empreinte écologique de voyageur, mais également les différentes manières de la diminuer et de la compenser.

Pour voyager plus loin :


Par Jessie, le mercredi 6 novembre 2013

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.