Un fleuve qui en dit long : échanges commerciaux, lieu d’habitation paisible et ressourçant des hommes et des animaux. Il est également l’endroit où de nombreuses personnes y ont laissé leur vie. Un fleuve, une histoire, son lot de mystères…

« Mayne Rivier », la « rivière des morues » ou la « rivière qui marche », non finalement il s’appellera « le fleuve Saint-Laurent » !

Le premier à avoir découvert et navigué sur ce fleuve est Jacques Cartier. C’est en 1535 qu’au nom du roi de France il en prit possession. Matelot, maître pilote, capitaine… il en a gravi des échelons ce grand navigateur français originaire de Saint-Malo, insatiable de découvertes et d’expéditions !

Loin d’être un fleuve comme les autres dès le 17ème siècle, le Saint-Laurent a à son actif de nombreuses expéditions, comme celles de Jacques Cartier, de Samuel de Champlain… C’est aussi l’ère de l’ouverture du commerce de la fourrure marquant un virage important dans l’histoire Nord-Américaine. Les amérindiens voient leur vie changer : un commerce florissant qui charme de nombreux pays ! Quelle vedette ce Saint-Laurent !

Place à la route du Québec

Le fleuve Saint-Laurent est long de 1.000 kilomètres : il prend sa source dans les grands lacs pour se jeter dans l’Océan Atlantique, c’est aussi la frontière entre les Etats-Unis et le Canada. Depuis des siècles, il joue un rôle fondamental dans l’histoire de l’Amérique : grand comptoir du commerce, point de navigation pour les négociants et les grands explorateurs, lieu de vie paisible pour les québécois vivant sur ses rives, jumelant à la fois campagne et montagne.

Voulez-vous une anecdote ? Vous n’allez pas en revenir ! 12 espèces de baleines sur 80 répertoriées dans le monde y passent de façon épisodique, surtout l’été pour prendre un bon bain d’énergie et leurs réserves ! Une seule y réside à l’année ! Des baleines dans un fleuve, vous êtes sûr ? Et bien oui ! Pas étonnant, les eaux du fleuve Saint-Laurent sont glaciales, il s’en dégage une incroyable luminosité et une diversité marine rare comme le plancton, les phoques ou bien même les oiseaux marins.

Une navigation dans les eaux troubles…

Les eaux du fleuve Saint-Laurent sont glaciales et turbulentes. Ceux qui les ont pratiquées depuis le 17ème siècle ont du apprendre à les maîtriser, les apprivoiser même. Même si il est devenu une manne importante pour le développement socio-économique du pays, il reste périlleux !

De nombreux obstacles sont parfois venus entraver la route de ceux qui s’y sont aventurés : notons que le Saint-Laurent est impraticable début mai et fin novembre. Pléiade de naufrages ont eu lieu, et encore aujourd’hui … Même si les navires, cargos augmentent en taille et en puissance, le fleuve, lui ne change pas et reste imprévisible à des endroits. Les accidents naturels sont souvent causés par les profondeurs, de forts courants, de la glace, de la brume, des chenaux très étroits… Encore aujourd’hui : le bilan des conditions de navigabilité ne semble guère s’être amélioré. Preuve que la nature est indomptable et reprend toujours ses droits !

Pour voyager plus loin :


Par Jessie, le jeudi 9 août 2012

Vos commentaires

Les articles que tu rédiges sont toujours très intéressants :-)
J’apprends pleins de choses en te lisant
Et les interviews top ! Ça me donne envie de voyager tout ça …

Merci beaucoup!!! C’est sympa comme tout j’apprécie tes compliments :-) les prochains arrivent très vite. Encore merci pour ta fidélité!

De belles découvertes de voyages entre le sud et le nord, entre la plage et la neige . Merci.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.