Mais qui était vraiment Sissi impératrice d’Autriche et reine de Hongrie ? Cette indomptable amazone d’une beauté rarement égalée ? Découvrez la vie d’un femme au destin étonnant : amour, gloire, beauté… et drames !

Elizabeth Amélie Eugénie de Wittelsbach de son vrai nom, Sissi pour nous autres, est née la veille de Noël, le 24 décembre 1837. Elle est la fille de la duchesse et du duc de Bavière. Elle vouait une adoration sans nom pour son père, un grand voyageur, un poète, idéaliste à ses heures perdues, un excentrique qui aimait par-dessus tout jouer du cithare.


« Sissi était une romantique et une solitaire dans l’âme, elle pouvait errer des heures durant à penser et à écrire. (…) Elle était aussi une fêtarde qui vivait la nuit, organisait des fêtes lui servant d’exutoire à une vie tourmentée. »


Calèche autrichienne
Calèche autrichienne

Sissi était un personnage emblématique mais difficile à cerner. Jusqu’à ses quinze ans, elle était une enfant douce, pleine de joie de vivre, romantique à souhait, fougueuse et révoltée à la fois ! Une ravissante jeune femme, grande, mince à l’allure enchanteresse. Quiconque la croisait, ne pouvait se détourner d’une telle beauté : il émanait d’elle une détermination peu commune. Son charme et son allégresse étaient connus dans l’Europe entière !

Ce qu’elle aimait le plus ? Les balades en forêt avec ses chiens, monter à cheval, et par-dessus tout : la poésie. Elle était une romantique et une solitaire dans l’âme, elle pouvait errer des heures durant à penser et à écrire. J’ai retrouvé quelques anecdotes sur notre chère Sissi impératrice ! Commençons par un peu de “fun”, car vous verrez que la vie de l’impératrice fut tout sauf un long fleuve tranquille…

Le saviez-vous ? A sa naissance Sissi avait déjà une dent, et à l’adolescence sa chevelure pesait déjà plus de 3kg, il fallait donc toute une matinée pour la lui coiffer. Un autre fait  que je trouve très original : elle avait fait installer une salle de sport dans sa salle de bain. En effet, elle était devenue une femme obsédée par son poids et son éternelle jeunesse. Enfin, sous ses airs angéliques, Sissi impératrice d’Autriche était une fêtarde qui vivait la nuit, organisait des fêtes lui servant d’exutoire à une vie tourmentée. Elle s’était également mise à fumer, une initiative que la cour n’appréciait guère… Salle de sport, fêtes nocturnes, cigarettes, une femme résolument en avance sur son temps, non ?

Une vie d’impératrice ambigüe

à 14 ans, Sissi tombe éperdument amoureuse d’un des écuyers de son père nommé Richard. Le jeune homme mourut prématurément de la tuberculose. Elle fut désemparée, Richard était l’élu de son cœur. C’est à son journal qu’elle se confia dans un texte déchirant…

Un an plus tard, lors d’un séjour en Autriche où Sissi et sa mère étaient venues organiser les préparatifs du mariage de sa sœur aînée, son promis, le jeune empereur François-Joseph 1er  d’Autriche tomba éperdument amoureux de la belle Sissi. L’empereur défia les plans de mariage de sa mère et décida de l’épouser. Un grand mariage fut célébré ! Entre François–Joseph 1er et Sissi c’est la passion, l’amour fou… mais les soudaines responsabilités d’impératrice d’Autriche vont rapidement la perturber, elle qui supportait mal la pesante étiquette viennoise, les relations tendues avec sa belle-mère et des absences de son mari à ses côtés.

Quartier de Hofburg à Vienne
Quartier de Hofburg à Vienne

L’insouciance d’une enfant volée

A l’âge de 17 ans la voilà propulsée au rang d’impératrice de l’une des plus brillantes cours européennes ! De jeune adolescente pleine de fougue et de joie de vivre, Sissi devint peu à peu une jeune femme narcissique, dépressive, mélancolique, et surtout capricieuse : elle interdisait à ses femmes de chambre de se marier, pour qu’elles puissent lui être totalement dévouées…

Sissi était littéralement déchirée entre le modèle libéral de son père et l’empire tyrannique de sa belle-mère, l’archiduchesse Sophie ! Au-delà du conflit familial habituel entre elles, un fossé immense les séparait, causé par deux visions différentes sur les devoirs d’une « femme souveraine », et les conceptions politiques quant à l’avenir de l’Autriche ! L’archiduchesse appréciait certes sa gentillesse, mais la trouvait trop immature, au point de prendre en charge l’éducation de ses trois premiers enfants. A ce moment précis, les conflits commencèrent…

Les malheurs de Sissi impératrice d’Autriche        

La vie de Sissi impératrice d’Autriche fut parsemée de malheurs, à commencer par la mort de sa première fille, âgée de 2 ans.  Elle ne s’en remit jamais, rongée par la culpabilité… Et elle sombre, sombre, encore et toujours plus. L’empereur ne reconnaît plus sa femme, il  s’en éloigne peu à peu. Sissi est surnommée : “la mouette errante”, car comme l’oiseau, au cours de ses nombreux voyages aux quatre coins du monde, elle n’a jamais su trouver la sérénité. Elle confia un jour à son fils Rodolphe : « La vie éternelle au paradis serait pour moi un véritable enfer ». Nous comprenons ici que c’est elle-même qu’elle fuit en voyageant sans cesse, tout lui pèse : sa relation conjugale, ses malheurs, sa vie… Tout.

Puis ce fut le tour de son cousin Louis II de Bavière d’être retrouvé noyé dans de troubles circonstances, de son fils Rodolphe qui se suicida et de ses deux sœurs, brûlées vives dans un incendie, son père, sa mère…

Dans un moment de profonde douleur, elle écrivit un poème déchirant que je vous laisse découvrir :


« Je chemine solitaire sur cette Terre depuis longtemps détachée du plaisir de la vie, et nul compagnon ne partage le secret de mon cœur.  Jamais aucune âme n’a su me comprendre, je fuis le monde et toutes ses joies, je suis bien loin aujourd’hui des humains… Leurs bonheurs et leurs peines me restent étrangers ! Je chemine solitaire comme sur une autre planète : Oh vous chères âmes de ces temps lointains auxquels s’adresse aujourd’hui mon âme, bien souvent elle vous accompagnera, vous la ferez vivre grâce à mes poèmes. »


Palais impérial à Vienne
Palais impérial à Vienne

Sissi était une femme sensible, émouvante, fragile

C’est à l’âge de 60 ans, après avoir régné 44 années et lutté plus de la moitié de sa vie contre la tuberculose, l’anémie, ses problèmes cardiaques, son anorexie, que Sissi fut assassinée par un certain anarchique Luigi Luccheni, dans le seul but était de se faire remarquer. Mission accomplie très cher Luigi ! C’était le 10 septembre 1898 à Genève… Adieu Sissi !

Je vous invite à découvrir, pour ceux qui ne connaissent pas, la trilogie de Sissi : “Sissi”, « Sissi Impératrice d’Autriche” et “Sissi face à son destin”. Dans le rôle de Sissi qu’elle incarne à merveille, l’exceptionnelle, la talentueuse, la sublime actrice Romy Schneider. Ce n’est pas un hasard si elle a été choisie pour jouer la célèbre impératrice. Leurs vies ont comme qui dirait quelques similitudes ! Elle accepte cependant difficilement l’image un tantinet mièvre et édulcorée du personnage qu’elle représente. Tout comme Sissi, Romy Schneider a vécu à Vienne, elle était belle, romantique, rebelle, mais manquait cruellement de confiance en elle. Elle a également perdu son fils unique, David, empalé sur une grille qu’il tentait d’escalader. Son producteur Michel Picolli disait d’elle :


“Elle (Romy Schneider) a poursuivi les hommes qui lui parlent d’amour, guettant toujours leur trahison”.


Romy Schneider était tout comme Sissi impératrice d’Autriche, méfiante vis-à-vis des hommes et fragilisée par les événements de la vie.

Pour voyager plus loin :


Par Sébastien, le dimanche 3 novembre 2013

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.