C’est une histoire qui date de 20 ans. Depuis ses années scolaires, Céline s’est expatriée plusieurs fois en Chine : à Taiwan, Pékin et enfin Shanghai où elle vit depuis deux ans. Chocs culturels, censure politique, elle nous raconte sa vie quotidienne dans les provinces chinoises.

« J’ai eu un décalage culturel en arrivant à Shanghai. »

J’ai appris le mandarin au collège et au lycée. Puis j’ai fait mon premier voyage en Chine. Je me suis ensuite expatriée plusieurs fois : à Pékin, Taïwan et Shanghai. Quand on arrive dans un pays comme la Chine, le réseau est très important. Entre Taïwan, Pékin, Taipei et Shanghai, il y a beaucoup de différences. A Shanghaï, des gens roulent en Lamborghini et en Porsche, alors que d’autres n’ont que leur vélo. Ce contraste entre riches et pauvres, on le retrouve aussi bien en ville qu’à la campagne.

« L’été, je suis guide touristique en Chine. »

Pour venir faire son baptême en terre chinoise,  je conseille un parcours assez classique : Pékin, Shanghai et Canton. Mais la Chine est aussi une terre de contraste avec ses campagnes : les grottes de Yungang dans la province du Shanxi, la vieille ville de Piao, la ville impériale de Xi’anGuilin et ses montagnes en forme de pain de sucre, ou enfin Xishuangbanna où vivent plusieurs ethnies non chinoises.

« Au quotidien, on ne ressent pas la censure en Chine. »

Je sais bien qu’il y a des choses qu’on ne nous dit pas. Avec internet, on s’aperçoit vite qu’une grande muraille électronique existe. Mais ça n’empêche pas de vivre, bien au contraire.

Pour voyager plus loin :


Par Sébastien, le dimanche 19 février 2012