Fabrice vit à Paris et part s’installer à Dakar au Sénégal dans quelques jours. Avant son départ, il a bien voulu nous raconter sa grande passion, l’Afrique, qu’il a découvert grâce à la musique et à de nombreux voyages.

« Aimé Césaire et la musique m’ont fait aimer l’Afrique. »

Mon premier lien avec les Antilles et l’Afrique, c’était Aimé Césaire. Puis, un jour, j’ai acheté mon premier djembé et j’ai commencé à prendre des cours de percussion. La musique m’a fait aimer l’Afrique.

« Mon baptême en Afrique Noire : un trek dans le Pays Dogon. »

Il y  a beaucoup de différences entre un sénégalais, un malien, un éthiopien, un sud-africain… Mon baptême en Afrique Noire, je l’ai fait via un trek de quelques jours dans le Pays Dogon au Mali. A mon arrivée, j’étais complètement dépaysé : la piste d’atterrissage en terre, la chaleur, les couleurs, toute cette effervescence. En pleine brousse, c’était encore très différent. Mali, Bénin, Burkina, Côte d’Ivoire, Sénégal… Les émotions viennent des gens qu’on rencontre : l’accueil, l’hospitalité… Pour découvrir l’Afrique et ses habitants, il faut sortir du cadre du touriste français.

« J’ai fait du soutien scolaire en pleine brousse. »

Au Benin, je suis allé avec l’association Planète Urgence faire deux missions humanitaires de soutien scolaire dans un petit village en pleine brousse. On ne revient pas le même après un tel voyage. C’est un échange des deux côtés, ça apprend à relativiser… C’était exceptionnel !

« Le choc culturel est partout. Tout est différent. »

La langue peut être un leurre. Il n’y a souvent que la langue française qui est commune, la culture ne l’est pas. Par exemple, le groupe prime sur les individus en Afrique.

« Saint-Louis est une ville magnifique. »

Dans le nord du Bénin, on peut voir des animaux : antilopes, singes. Au nord du Mali, des éléphants. Mais l’Afrique, c’est aussi un patrimoine culturel : la ville de Saint-Louis au Sénégal est classée au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est une ville avec des maisons colorées, très paisible. Et il y a le fleuve, la mer…

« Je pars habiter à Dakar au Sénégal. »

Pour des raisons personnelles, je pars vivre à Dakar et j’ai bien l’intention de visiter le Sénégal. Et je retournerai également au Mali : je suis « tombé en amour avec le Mali ».

Pour voyager plus loin :


Par Sébastien, le jeudi 12 janvier 2012

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.