Xavier est un ancien expert-comptable devenu voyageur puis entrepreneur. Depuis 2003, il sillonne le monde, notamment l’Amérique du Sud et vient de créer depuis quelques mois l’agence de voyage Aventureo.

« Ma vision du voyage : pouvoir rencontrer l’autre. »

Comme tout le monde, je fais du tourisme. Mais au fil de mes voyages, j’ai eu envie de rester plus longtemps dans les endroits que je visitais, de me fondre dans la population.

« En mars 2003, j’ai eu envie de partir faire le tour du monde. »

Je ne connaissais aucunes des destinations que j’avais prévues. L’Amérique du Sud a été une révélation, surtout l’Argentine.

« Au Groenland, j’ai fait une en rencontre magique avec deux inuits. »

Deux habitants inuits m’avaient invité chez eux. C’était le début de mon tour du monde. Cinq ans plus tard, je suis repassé dans le village car j’ai voulu les revoir. Ca été très fort. On s’est reconnu tout de suite. On avait les larmes aux yeux sans savoir trop quoi se dire.

« Au Chili, j’ai poursuivi mon bus dans une voiture de police. »

Dans un petit village chilien, je me suis perdu et je devais prendre le bus pour reprendre mon avion. C’était un dimanche. Heureusement, j’ai trouvé les Carabineros, les policiers, et on n’a pas réussi à rattraper le bus. J’étais dans leur voiture à la place du prisonnier. A un moment, les policiers m’ont ramené à l’arrêt de bus. J’ai vraiment cru que je ne trouverais pas de bus ce jour là, mais quelques minutes plus tard, un bus est apparu : il n’était prévu dans aucuns guides. J’ai eu de la chance !

« Au Pérou, la solidarité est très présente. »

En tant qu’ancien expert-comptable, je n’ai jamais compris comment ils se répartissaient l’argent qu’ils gagnent. Le cousin, le frère, tout le monde partage avec tout le monde.

 » Après mes voyages, j’ai créé l’agence Aventureo avec deux associés. »

J’ai envie de partager mon expérience du voyage avec les autres voyageurs : le but est de les héberger dans un village qu’on connait, et de leur faire faire un circuit en étoile. L’esprit est de vraiment rencontrer la population locale. Pour rencontrer, il faut rester.

Pour voyager plus loin :


Par Sébastien, le dimanche 12 août 2012

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.