Nous partons aujourd’hui à la découverte, ou la redécouverte peut-être, d’un artiste hors norme, une des plus belles voix d’Afrique : Salif Keïta.

Salif Keïta est né le 25 août 1949, à Djoliba au Mali, village au bord du fleuve Niger. Il est le descendant, en ligne directe, du prince Sounjata, fondateur de l’Empire au 13ème siècle. Il a collaboré avec de grands musiciens, comme Manu Dibango, Cesaria Evora ou Axelle Red, et est aujourd’hui connu dans le monde entier. Ses albums se vendent par dizaines de milliers.

Un parcours hors du commun, pour un homme qui ne l’est pas moins…

Salif Keïta est né albinos, une maladie qui fait peur, en Afrique plus qu’ailleurs, car elle y est associée à la sorcellerie. Il a vécu une enfance très solitaire, rejetée de tous pendant laquelle il a beaucoup souffert. C’est dans les champs qu’il se forge sa voix unique : son père, agriculteur, l’y envoie souvent. Pour faire peur aux singes et oiseaux pilleurs de maïs, l’enfant passe ses journées à crier. Puis il apprend à chanter, seul. Cela devient une manière de se tenir compagnie. Il est aussi très studieux et souhaite être enseignant. On lui interdit du fait de sa condition physique. Un choix radical s’impose alors : « J’avais deux solutions : être délinquant ou être musicien. Être musicien est beaucoup plus noble. ». C’est ainsi que Salif Keïta devient musicien, alors que sa lignée le lui interdit.

Il quitte sa famille en 1968 et part vivre dans les rues de Bamako. Puis il intègre le Rail Band de Bamako, dont il devient le chanteur vedette. En 1973, il le quitte pour les Ambassadeurs, avec qui il enregistre son premier album Mandjou. Le disque connaît un succès énorme ! On y découvre le son typique du chanteur composé d’orgue, de guitare et de saxophone.

La suite, c’est des voyages aux Etats-Unis où il enregistre deux albums, puis son installation à Montreuil, dont il devient « Citoyen d’honneur ».
Dans les années 1990, Salif Keïta sort 5 albums et enchaîne les tournées. Il compose également des musiques de films.

En 2002, il ouvre un club à Bamako, Moffou. C’est également le titre de son album suivant, sorti en 2002, et vendu à plus de 100.000 exemplaires. Il s’installe alors définitivement au Mali. Il y produit M’Bemba dans lequel il évoque l’histoire du Mali et ses origines princières, un énorme succès en Afrique, en Europe et aux Etats-Unis. Puis, en 2009, La Différence où il apparaît très engagé, que ce soit pour les albinos ou contre la pollution…

Un artiste du monde

« Je n’ai pas quitté l’Afrique et l’Afrique ne m’a jamais quitté » disait-il en 2011 sur France Inter. Pourtant il est connu aux quatre coins du monde, et ses tournées et enregistrement l’ont mené de Los Angeles à Beyrouth en passant par New York et Tokyo. Salif Keïta est un artiste de notre monde. Sa musique l’est tout autant. Il dépasse les musiques traditionnelles d’Afrique pour se laisser influencer par le jazz et le blues, mais aussi par la salsa ou le zouk…

Les chansons de Salif Keïta mélangent plusieurs langues. Certains mots sonnent mieux dans une langue que dans l’autre, et il choisit toujours celle qui résonne le mieux pour celui qui écoute. Le musicien souhaite aussi pousser la curiosité de son public. En percevant quelques mots en français, l’auditeur veut alors vraiment comprendre la suite de l’histoire et l’oreille se fait plus attentive…

Salif Keïta a aussi composé Sosie, un album entièrement consacré à la chanson française, où il interprète des chansons de Maxime Le Forestier, Michel Berger, Jacques Higelin ou Serge Gainsbourg. N’ayant pas peur de sortir des sentiers battus, dans un tout autre registre, il collabore avec le rappeur Kery James sur le titre La Honte.

Un artiste engagé

Salif Keïta souhaite que ses chansons fassent changer les mentalités. Sur sa maladie notamment. Il a créé une fondation, la fondation Salif Keïta pour les albinos, dont le rôle est de sensibiliser le monde aux problèmes des albinos, pour que leur vie soit meilleure, pour qu’ils soient mieux acceptés. L’artiste souhaite particulièrement sensibiliser les albinos à la protection de leur peau pour éviter les cancers.

Pour lui, les chansons servent à dire ce que l’on pense. « On parle à la place des gens qui sont sourds, qui sont aveugles,… on parle de leurs problèmes. »
Sa musique peut aussi parler d’amour, mais que le thème soit léger ou plus engagé, Salif Keïta fait toujours passer des messages forts. Pour lui, le rôle artiste n’est pas moins que de réveiller les gens…

Salif Keïta, ce n’est pas seulement la Voix d’or, comme on le nomme souvent, c’est aussi un cœur en or !

Morceaux choisis

Yamore
Je t’aime mi amoré menebêff fie
Ene le arabylyla too much
Je t’aime mon amour, je te dis tout ceci
Car de toi je suis tombé amoureux « too much »

Namafiye, namafiye guni yerela ba namafiye Niere a ná nifon
Ye namo kofue nerum silê don kile le, ina kola ahaha
Rile enela munuku mo sô
Nienama kofiye, soro falê é mo sonho mana osi koté
Non non non nekona, dê I lêlê fon
C’est à toi que sont dédiés ces propos
Elue de mon âme, j’ai passé toute la nuit à chanter pour toi
Toi ma douce et tendre
Je te le dis chérie, toutes les maisons sont remplies de belles femmes, je ne m’adresse à aucune d’elles
Non, non, non, je m’adresse bien à toi…
(…)

Folon
fôlon, é té gninika
fôlon, né té gninika
fôlon, a toun bé kè tè déh
fôlon,ko ko toun bé kè
fôlon, môgò makotè
Avant, on n’avait pas besoin de ton avis,
Avant, on ne te demandait pas mon avis
Avant, tout ce qui se passait, tout le monde s’en fichait
(…)
sissan, é bé gninika
sissan, né bé gninika
sissan, an bé bè gninika
sissan,ko ko toun bé ké
foléé yaga bé gninika
sissan sissan mogo makobala
flon,folonn oo môgò makotè
folon,folon oo mogo mako té
Maintenant, on demande mon avis,
Maintenant, on demande ton avis,
Maintenant, on demande l’avis de tout le monde
Maintenant, tout ce qui se passe
On demande notre avis à tous
Or avant, tout le monde s’en fichait
Avant, tout le monde s’en fichait

Discographie :

1987 : Soro
1989 : Ko-Yan
1991 : Amen
1994 : Intégrale 1969-1980
1995 : The Mansa of Mali – A Retrospective
1995 : Folon
1997 : Seydou Bathily
1998 : Sosie
1999 : Papa
2002 : Moffou
2005 : M’Bemba
2009 : La différence
2011 : Anthology

Un peu d’actu pour finir :

Prochains concerts en France :
Le 6 Février 2013 à l’Olympia
Le 26 mai 2013 à la Salle Pleyel
Pour voir toutes les dates de sa tournée.

Prochain album : TALÉ disponible le 12 novembre 2012.

Salif Keita / Philippe Cohen-Solal (Gotan Project)…

Pour voyager plus loin :


Par Aurélie, le jeudi 25 octobre 2012

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.