L’Amazonie est une région naturelle d’Amérique du Sud. C’est aussi la plus grande forêt du monde, abritant une biodiversité époustouflante, et une des régions les plus humides de la planète. Les animaux qui y vivent sont surprenants ; notons le « Pirarucu » : un gros poisson de 3 mètres de long, oui 3 mètres vous avez bien entendu ! Le plus étonnant, c’est son poids ; près de 200 kg ! Il y a aussi le « dauphin rose « , mesurant 2.80 mètres, et « l’iguane d’Amazonie », pouvant aller jusqu’à 1.80 mètres. Vous l’aurez bien compris, les animaux ont comme qui dirait des formes très… longilignes.

S.O.S Amazonie en détresse : halte à la déforestation !

La déforestation est le fléau qui menace de plein fouet l’Amazonie depuis près de 20 ans ! Un grand merci aux hommes et à leurs manies de vouloir toujours faire les choses plus vite, plus grandes, plus loin… Le problème est qu’en construisant, l’homme détruit l’élément indispensable à sa propre survie : l’oxygène !

Notons, que 40% de la forêt vierge tropicale mondiale se situe au Brésil ; elle est le « poumon » de notre planète ! Le problème ne date pas d’hier ; il faut savoir qu’entre 1996 et 2005, 20 000 kilomètres carrés de forêt amazonienne ont été détruits chaque année, l’équivalent de la surface de la Picardie, vous vous rendez compte ? Quel gâchis ! Comme je le disais dans l’article « Le continent Arctique est-il bien protégé ?« , notre planète souffre ! C’est aujourd’hui une réalité, les chiffres parlent d’eux-mêmes.

La course à la rentabilité est engagée, rien n’arrêtera l’homme, désormais dépourvu de bon sens et d’humilité. Devant l’illustre question : la bourse ou la vie ? Visiblement le choix est fait : « échec et mat » la vie !

Les nouvelles technologies envahissent la jungle !

Les arcs, les flèches et les plumes au placard ! Place aux nouvelles technologies en plein coeur de l’Amazonie ! Bienvenue à Twitter et aux mails pour leur pouvoir de communication rapide comme l’éclair, à notre ami Google et à ses services de géolocalisation « Earth » et « Map », au GPS permettant de connaître la position exacte de toutes les plantations. Voici le nouvel arsenal des Indiens pour lutter contre la déforestation ! Incroyable mais vrai : la technologie au cœur de la forêt amazonienne.

Aux grands maux les grands moyens !

Vous connaissez tous le proverbe : « On n’est jamais si bien servi que par soi-même ? » Le peuple indien Surui l’a bien compris et a décidé de réagir. Ces hommes savent qu’ils ne changeront pas le monde, mais un autre proverbe dit « Qui ne tente rien n’a rien ! ». La planète a besoin d’arbres et de biodiversité, c’est indéniable. Leur objectif : donner un second souffle à Dame Nature ! Avant, c’était contre les colonisateurs blancs qu’ils se battaient, aujourd’hui c’est pour la survie de toute l’Humanité. Ils se sont formés à ces nouvelles technologies venues d’ailleurs. Grâce à elles, ils obtiennent des images précises par satellite, grâce auxquelles ils peuvent procéder rapidement aux repérages des zones de déboisement illégales sur leurs terres. La détermination et la persévérance leur ont permis de replanter plus de 100 000 individus en seulement quelques années ! Au programme, Lobbying et meeting, pour tenter de convaincre encore et toujours !

Le peuple indien est prêt à tout pour sauver la forêt amazonienne, quitte à se mettre à dos des individus assoiffés de pouvoir, souhaitant agrandir toujours plus les territoires, des hommes rasant tout sur leur passage pour une chose, une seule ! Celle qui fait perdre la tête, je veux bien évidemment parler de l’argent.

Pour terminer, je tenais à féliciter les indiens qui se battent pour que nous tous puissions vivre le plus longtemps et le plus sereinement possible. Encore un grand merci de protéger ce que nous avons de plus cher : l’oxygène = la vie !

Pour voyager plus loin :


Par Jessie, le jeudi 8 novembre 2012

Vos commentaires

l’Information est l’oxygène des temps modernes, et Jessie est notre foret Mixcitienne!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.