Il y a quelques semaines, je vous parlais de « la journée mondiale du tourisme », et de manière générale du tourisme. De nos jours, il se développe de plus en plus de manières de voyager, toutes plus ludiques les unes que les autres : des formes de tourisme dites « alternatives », qui mettent au centre du voyage « l’homme et la rencontre ».

Un proverbe bambara dit : « Le voyage permet la rencontre, le dialogue, la connaissance mais aussi la confiance ». Comme vous le savez, le tourisme est devenu une activité incontournable de l’économie mondiale, et elle ne cesse d’augmenter. Parlons chiffres : le nombre de touristes à l’échelle mondiale est passé de 25 millions en 1950 à 700 millions en 2002, incroyable ! Attendez, je n’ai pas fini ; il est prévu 1.6 milliard de voyageurs en 2020. C’est évident, le tourisme à la cote !

De nombreux pays augmentent leur participation au tourisme international !

Il existe 3 types de tourisme « alternatif ». Les populations locales en sont les acteurs principaux par excellence ! Commençons par le « tourisme responsable », axé sur la connaissance des activités locales, la culture des pays et les modes de vie. Alternance d’activités culturelles et rencontres avec les habitants. Il existe aussi le « tourisme équitable ». Vous savez tous ce qu’est le commerce équitable ? C’est le même principe, une juste rémunération des prestations ! Et enfin, le « tourisme solidaire », celui sur lequel nous allons nous pencher. Il est une fusion des deux autres. Responsable et équitable, le tourisme solidaire est directement lié à des projets de solidarité. Je m’explique : le voyageur soutient des actions de développement du pays, du village… Une partie de son voyage sert à financer un projet social. D’ailleurs, lorsque Claire et Guillaume ont fait leur tour du monde, ils ont été bénévoles au Sénégal ! Leur mission ? Replanter des arbres, mais pas n’importe lesquels, des « mangroves » : une espèce d’arbre menacée.

Un exemple de tourisme solidaire au Pérou 

Luis a une coopérative agricole et produit lui même ses légumes, Paquita son lait et son fromage, grâce à la vache qu’elle s’est payée avec l’argent du tourisme, et Camillo le bûcheron construit des gîtes en bambou… Cohésion, participation et partage : voilà, les valeurs du tourisme solidaire ! Tout le monde s’implique pour recevoir les voyageurs, un tourisme ludique, capable de valoriser les potentialités et les ressources locales des villages, villes, pays… Un maillage extraordinaire ! Une valorisation des ressources naturelles : produits de terroir, artisanat, agriculture…

Une multitude d’associations ainsi que l’Organisation Mondiale du Tourisme soutiennent vigoureusement ces initiatives. Un projet d’envergure ! Un tourisme aux vraies valeurs fondamentales : la participation, la solidarité, le partenariat, l’intégration, l’autonomie et l’indépendance. Les pays comme le Mexique, la Bolivie ou l’Équateur font le choix d’une stratégie politique de développement touristique qui apporte un soutien aux initiatives des communautés indigènes.

Les « 4 R »

Répartition équitable de l’argent du tourisme, responsabilité du voyageur, celle de l’hôte et celle de l’intermédiaire, respect de l’environnement, du patrimoine, rencontre avec l’autre. Voici une manière de voyager l’esprit léger, on prend son temps : le temps de parler, d’échanger, et de comprendre.

Et vous, souhaitez-vous devenir bénévole, aider les populations locales à se développer ?

Pour voyager plus loin :


Par Jessie, le mercredi 17 octobre 2012

Vos commentaires

J’adore voyager et je te remercie beaucoup pour cette article!
Le tourisme solidaire est très enrichissant et gratifiant!!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.